Bienvenue sur JurisPedia! Vous êtes invités à créer un compte et à contribuer après avoir confirmé votre adresse de courriel. Dès lors, vous pouvez ajouter un article en commençant par lui donner un titre en renseignant ce champ:

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les avertissements juridiques. Il y a actuellement 3 532 articles en construction permanente...

Contrainte morale comme cause de non-imputabilité (fr)

Un article de JurisPedia, le droit partagé.
Aller à : Navigation, Rechercher


Cet article est une ébauche relative au droit français, vous pouvez partager vos connaissances juridiques en le modifiant, vous pouvez également faire une recherche dans le moteur...'
'
Recherche en droit français Fr flag.png
Google Custom Search

France > Droit pénal (fr) > Droit pénal général > Responsabilité pénale (fr) >
Causes de non-imputabilité > Contrainte
Fr flag.png

La contrainte morale est beaucoup moins admise que la contrainte physique. C'est une pression exercée sur la volonté ou sur l'esprit de l'auteur de l'infraction qui la conduit à commettre une infraction. Cette contrainte morale peut être d'origine externe (menaces émanant d'un tiers) ou d'origine interne.

La contrainte morale d'origine extérieure

Il faut que la pression soit irrésistible, qu'elle ait aboli la volonté de l'auteur de l'infraction (art. 122-2). Les tribunaux apprécieront, compte tenu des circonstances. Ch. crim. février 1959. La contrainte morale a été admise au bénéfice d'un individu poursuivi pour avoir hébergé sous la menace un délinquant qui a ainsi été soustrait aux poursuites de la police.

Cour d'appel de Caen 28 juin 1996. Dans cette affaire, la police avait arrêté un conducteur en état d'ivresse et lui avait ordonné de déplacer son véhicule pour mieux le garer. Le conducteur a été poursuivi pour un deuxième délit de conduite en état d'ivresse. Il a invoqué la contrainte. On peut juger qu'il est un peu laxiste d'accueillir la contrainte dans cette espèce.

Cour d'appel de Douai 1984. Une mère avait été poursuivie pour non-présentation d'enfant parce qu'il n'avait pas remis l'enfant au père pour qu'il exerce son droit de visite. Elle invoquait que son fils était gravement malade et que son état exigeait un traitement journalier, que le père risquait d'emmener son fils en Algérie, où l'enfant ne pourrait pas avoir son traitement. La Cour d'appel a jugé qu'elle avait subi une contrainte morale irrésistible.

L'ancien Code pénal admettait déjà la contrainte morale. Dans certains cas, la contrainte est jugée résistible. L'hypothèse la plus fréquente de refus de la contrainte morale est l'hypothèse des provocations policières. La police soupçonne un individu d'avoir commis une infraction dont elle n'a pas la preuve et l'incite à commettre une infraction. Ex: marché noir pendant la guerre ; aujourd'hui en matière de trafic de stupéfiants. Dans cette hypothèse, les délinquants invoquent la contrainte policière. Systématiquement, la chambre criminelle déclare que la contrainte policière n'a en rien imposé de commettre l'infraction. Il ne s'agit pas de contrainte morale d'origine extérieure.

La contrainte morale d'origine interne

C'est une pression morale qui est inhérente à la personne de l'auteur de l'infraction. Ex: un sentiment religieux qui conduit à l'objection de conscience (relativement récente). Ex: passion aveugle. Certains incendiaires sont happés par le feu. La jurisprudence a toujours décidé de refuser la contrainte morale d'origine interne. Elle condamne le délinquant en écartant la contrainte, à moins qu'un psychiatre démontre que la passion a rendu l'individu dément, mais il faudra alors invoquer la démence et non la contrainte.

Plan droit pénal général (fr)