Bienvenue sur JurisPedia! Vous êtes invités à créer un compte et à contribuer après avoir confirmé votre adresse de courriel. Dès lors, vous pouvez ajouter un article en commençant par lui donner un titre en renseignant ce champ:

Les lecteurs et contributeurs ne doivent pas oublier de consulter les avertissements juridiques. Il y a actuellement 3 526 articles en construction permanente...

Réhabilitation (fr)

Un article de JurisPedia, le droit partagé.
Aller à : Navigation, Rechercher


Cet article est une ébauche relative au droit français, vous pouvez partager vos connaissances juridiques en le modifiant, vous pouvez également faire une recherche dans le moteur...'
'
Recherche en droit français Fr flag.png
Google Custom Search

France > Droit pénal > Droit pénal général > Sanction pénale (fr) > Extinction de la sanction pénale (fr)
Fr flag.png

La réhabilitation est une cause d'extinction des peines principales et par conséquent des peines complémentaires ou accessoires.

La réhabilitation ne doit pas être confondue avec la révision, qui est la possibilité laissée à un condamné de faire déclarer son innocence afin de montrer qu'il a fait l'objet d'une erreur judiciaire.

La réhabilitation est principalement régie par une section du Code pénal qui lui est consacrée (art. 133-12 à 133-17), par l'art. 133-1 du même code, ainsi que par un titre du Code de procédure pénale qui lui est consacré (art. 782 et 783).

Les conditions de la réhabilitation

Les conditions varient selon les types de réhabilitation. Il existe la réhabilitation judiciaire et la réhabilitation légale.

La réhabilitation judiciaire

Pour les personnes physiques, la réhabilitation judiciaire peut être accordée sur demande adressée au Procureur de la République[1], avant que n'intervienne la réhabilitation légale. Elle est prononcée par un tribunal (Chambre de l'accusation d'une Cour d'appel).

La réhabilitation judiciaire suppose que la peine principale ait été déjà éteinte depuis un certain délai qui est relativement court : cinq ans pour les crimes, trois ans pour les délits et un an pour les contraventions[2]. Cependant, si « depuis l'infraction le condamné a rendu des services éminents au pays » sa demande de réhabilitation n'est soumise à aucun délai[3]. Pour les personnes morales, s'appliquent les dispositions de l'art. 798-1 C. proc. pén.

La chambre de l'accusation est libre d'accorder ou non la réhabilitation judiciaire.

La réhabilitation légale

La réhabilitation légale est une réhabilitation qui se réalise de plein droit, et non pas accordée par un juge. Cette réhabilitation suppose qu'un certain délai se soit écoulé depuis l'exécution de la peine principale, délai beaucoup plus long que celui de la réhabilitation judiciaire.

Ces délais viennent d'être augmentés par la loi n° 2007-297 du 5 mars 2007 relative à la prévention de la délinquance. Cette réforme n'entrera en vigueur que le 7 mars 2008.

La réhabilitation légale n'est pas possible en matière criminelle. Le délai est de trois ans en cas de condamnation à une peine d'amende ou à la peine de jours-amende après un délai de trois ans, de cinq ans en cas de condamnation à un emprisonnement inférieur à un an, et de dix ans en cas d'emprisonnement inférieur à dix ans[4]. La réhabilitation est prévue pour les personnes morales ; le délai est alors de cinq ans[5]. La réhabilitation intervient également en cas de remise de peine[6].

Certaines lois ponctuelles prévoient une réhabilitation dans certaines hypothèses particulières. Par exemple, une loi [7] permet aux militaires condamnés pour leur implications dans l'OAS, puis amnistiés[8], de faire valoir leurs droits à la retraite pour le temps où ils ont été radiés de leur service.

Les effets de la réhabilitation

Les effets de la réhabilitation sont communs à la réhabilitation judiciaire et à la réhabilitation légale. « La réhabilitation efface la condamnation[9] », c'est-à-dire la peine ainsi que les peines complémentaires et accessoires. Par exception, la réhabilitation n'intervient qu'à la fin du suivi socio-judiciaire ou de l'interdiction d'exercer certaines activité impliquant un contact habituel avec des mineurs[10].

Vis-à-vis des tiers, la réhabilitation ne leur préjudicie pas[11] mais emporte interdiction de laisser subsister toute mention de la condamnation, sauf dans les minutes des jugements, arrêts et décisions, ainsi que de la publication ordonnée à titre de réparation[12]. En particulier, la condamnation est effacée du casier judiciaire[13], du sommier de police technique[14]

Notes et références

  1. Art. 790 C. proc. pén.
  2. Art. 786 al. 1er C. proc. pén.
  3. Art. 789 C. proc. pén.
  4. Art. 133-13 C. pén.
  5. Art. 133-14 C. pén.
  6. Art. 133-17 C. pén.
  7. Art. 1er de la loi n° 82-1021 du 3 décembre 1982 relative au règlement de certaines situations résultant des événements d'Afrique du Nord, de la guerre d'Indochine ou de la Seconde guerre mondiale : JORF n° 282 du 4 décembre 1982 p. 3660
  8. Loi n° 64-1269 du 23 décembre 1964 portant amnistie et autorisant la dispense de certaines incapacité et déchéances : JORF n° 300 du 24 décembre 1964 p. 11499
  9. Art. 133-1 al. 3 C. pénal
  10. Art. 133-16 C. pén.
  11. Art. 133-10 C. pén.
  12. Art. 11 C. pén.
  13. Art. 769 C. proc. pén.
  14. Art. 773-1 C. proc. pén.

Voir aussi

Liens externes